Mélenchon, parlementaire, mais pas plus sacré que les autres

La réaction du « représentant de la république » peut avoir de nombreuses conséquences.

Mélenchon l’insoumis a été soumis à une perquisition le mardi 16 octobre au matin. Au contraire des propos du député, cette dernière, totalement légale, pourrait bien poser problème au parti LFI, à ses représentants et modifier l’opinion publique sur les valeurs de la gauche et de ses extrêmes.

Ce que Mélenchon a qualifié d’acte politique a déjà entraîné une plainte du média national France Info suite aux insultes proférées par le parlementaire  envers les médias et les journalistes. Traitant certains reporters d’ « abrutis« , l’homme qui se disait auparavant défenseur des forces de l’ordre et de la presse a vu son image « sacrée » en prendre un coup au vu de ses propos contraires aux idées de son parti. 

« Un voyou »

Des propos et même des gestes violents contre les forces de l’ordre qui pourraient avoir des conséquences judiciaires sur le parti et en particulier sur son président. Jean-Luc Mélenchon deviendrait alors ironiquement un voyou,  statut auquel il se disait opposé pour se défendre lors de la perquisition de son local. Cela met à mal le parti et l’image qu’il montre face a l’opinion publique.

La France Insoumise, tête de file des partis de gauche lors des présidentielles de 2017 avec 19,6% des voix, peut voir sa popularité baisser dans les prochains jours si ce n’est déjà le cas. Avec un Parti Socialiste faible depuis les résultats des élections 2017, on est en droit de se demander si ce n’est pas toute la gauche politique française qui est en perdition, mauvais point au vu des européennes prévues en mai 2019.

De plus, on ne peut qu’observer une baisse de crédibilité des partis extrémistes à travers cet acte violent du député insoumis, mais aussi avec Marine le Pen et son débat catastrophique d’entre deux tours. Les débâcles des deux partis montants de ces dernières années feront sûrement changer l’avis des électeurs, mais laissent aussi le champs libre pour les autres aux européennes. La confiance de la population envers la politique française ne peut que baisser lorsque l’on voit les actes insensés des « représentants de la république » et des partis traditionnels tels que les Républicains ou les Socialistes aux présidentielles.

Avec Kilian Bigogne

Publicités