On a testé pour vous : étudier à Lille

Récit, critique et coup de coeur pour apprendre à vivre comme un étudiant lillois…

6 juin 1944, 156 000 hommes taillés comme des armoires à glace débarquent en Normandie pour affronter l’ennemi nazi et le climat régional. Quel courage après 5 ans de guerre. Un siècle plus tard, à 25 ans près, armé moi aussi d’un gros sac à dos et de clichés plein la tête, je débarque à Lille. Quel courage après 1 an de Parcoursup

Le bac en poche à côté de mon briquet, j’angoisse à côté de ma valise en ce 27 août dernier. Rien, non rien de rieeennnnnn, ne m’attirait à Lille. Les briques rouges me repoussaient, le froid me rendait phobique, les frites me ballonnaient, et la consanguinité me dégoûtait. Oui, il faut le dire, je pensais arriver en cette fin d’été dans un froid glacial et m’installer sur une chaise dans ma petite maison rouge, attendant devant la cheminée que mes amis reviennent, le visage noir, du fin fond de la mine voisine.

Il n’en fut rien. Non parce que le cliché était faux, mais parce que je n’avais pas d’amis.

Car c’est aussi l’aspect oublié des escapades étudiantes, la solitude. Gilbert Bécaud quand il chantait « La solitude ça n’existe pas » n’avait guère dû passer de temps en études supérieures, sûrement plus préoccupé par des broutilles de résistance au nazisme. On est seuls. Et paradoxalement pour ne pas le rester et ne pas sombrer dans l’alcool il faut sortir dans les bars. C’est dans ces, pas si rares endroits à Lille, que je fais la rencontre de ma promo. Difficile de se dévoiler et de se mettre à nu face à des inconnus, nous ne sommes pas une promo de douche. Mais vous côtoierez votre promotion pendant 3 ans, alors je vous conseille vivement de passer pour un personnage sympathique. N’hésitez pas à en faire trop, invitez-les chez vous, payez vos tournées. Ruinez-vous pour votre promo, car pour avoir un bon potentiel pas besoin de tuer un ami.

Mais voilà, un soir il faut se résoudre, à Lille, comme à Yerres (77) et partout, à mettre un réveil. Car étudier à Lille, sous-entend de manière très implicite qu’il faut étudier, par conséquent effectuer une rentrée scolaire. Rappelons qu’il ne s’agit pas d’un coït avec un professeur, mais d’une simple formalité administrative, rite de passage à la faculté. C’est alors le bal des beaux habits et des cheveux coupés qui viendront s’asseoir sur les bancs où tant ont déjà échoué. Mais tous ont dans la tête de changer le monde, d’apprendre, de vivre, et de trouver le métier de leurs rêves.

Les semaines passent vite, très vite. Et très rapidement les clichés se dissipent. Vous commencerez par prendre du plaisir à vous balader dans le Vieux Lille et finirez par trouver Moulins et Wazemmes tout aussi charmant. Votre cœur bascule, et quand vous quittez exceptionnellement la ville vous vous sentez déjà ex lillois exilé, excité à l’idée de revenir. Car Lille a son charme, sa vie étudiante remplie, son carillon au réveil, ses pavés et surtout, vous y avez déjà laissé un petit bout de votre vie.

Alors Lille aux trésors nombreux, est une montagne, un terril, d’activités ; et est à vivre et consommer sans modération. Parcoursup II le retour, arrive bientôt et il serait dommage de ne pas y cocher une petite case dans le Nord…ceci n’est pas un appel à l’aide destiné aux terminales, mais un véritable coup de cœur pour cette ville.

On a testé et approuvé.

Publicités