Bohemian Rhapsody, sends shivers down my spine

Quand les notes de Somebody To Love retentissent lors de la première scène on sait que le show ne fait que commencer. Ouvrez les yeux, non pas pour regarder le ciel mais le biopic musical le plus rentable au box-office mondial Bohemian Rhapsody. Sorti le 24 octobre 2018 au Royaume-Uni, ce film a reçu de nombreuses critiques de la presse. Aujourd’hui, on vous donne notre avis.

« Just 21 years of love »

Dans le film, c’est à travers ses échecs et ses conquêtes que l’on suit les 21 années de longévité du groupe Queen, de 1970 à la mort du Freddie Mercury, en 1991. Le légendaire EEEEEH OOOH du chanteur crié à l’unisson par des millions de personnes lors du Live Aid n’aurait jamais pu exister sans plusieurs années de galère dans des petits bars et universités britanniques. C’est cette évolution que Bryan Singer a mise en lumière dans son biopic. On assiste avec exaltation à la montée en puissance du groupe qui réussi à se frayer un chemin vers la gloire à coups de talent et de culot. Les amoureux de la musique ne pourront pas être frustrés puisque celle-ci défile durant 2 heures et 13 minutes, donnant une voix aux événements décrits et nous procurant émotions et frissons.
Finalement le film se termine en apothéose avec 20 minutes de pure spectacle, le Live Aid enchaînant Bohemian Rhapsody, We Are The Champions, We Will Rock You, Who Wants To Live Forever
Il ne nous reste qu’une seule chose a dire : « Back, hurry back ! ».

« We are the champions, no time for losers »

Plus que l’histoire du groupe, le biopic nous livre la vie tumultueuse de Freddie Mercury, chanteur et vedette du groupe. Mais entre le showman en public ou l’homme solitaire en privé, qui est-il réellement ? Mal parti en tant qu’indien complexé, on assiste à son ascension jusqu’a devenir « a shooting star leaping through the sky ». Si Freddie Mercury a oublié Farrokh Bulsara, ceci lui a permis d’assumer et d’affirmer sa réelle identité sur scène. Cette apparence de diva exubérante, hors des normes, lui a été bénéfique et néfaste à la fois. Elle a mythifié son personnage, mais aussi fait couler beaucoup d’encre quant à ses choix personnels notamment ses pratiques sexuelles… De son histoire d’amour avec Mary Austin, sa relation malsaine avec Paul Prenter jusqu’à sa rencontre avec Jim Hutton, le film suit le fil des êtres qui ont marqué sa vie et déteint sur sa carrière. Sans oublier de mettre en avant son talent en tant que chanteur, compositeur, son sens du spectacle et son caractère à la fois capricieux et déterminé. Pour ce rôle il nous faut remercier Rami Malek qui a su saisir la complexité du chanteur et non pas interpréter, mais redonner vie au personnage dans toutes ses ambiguïtés.

bohemian-rhapsody-ht-ml-181115_hpMain_4x3_992

 « I sometimes wish I’d never been born at all »

Queen : ou la rencontre d’un groupe qui n’aurait jamais du naître. Du moins c’est ce que nous laisse croire le film. Dans les faits la rencontre du groupe ne s’est pas faite par hasard puisque Freddie Mercury était un proche du leader du groupe Smile, père fondateur de Queen. En réalité ce n’est pas l’unique faute historique qu’a commis le réalisateur. Effectivement, le film mentionne une séparation du groupe avant le Live Aid, en 1985 ; ça n’a jamais été le cas. Si ses membres se sont bien essayés aux albums en solitaire, le groupe ne s’est jamais vraiment perdu de vue. D’autant plus qu’ils enregistraient l’album The Works et faisaient vibrer les scènes du monde entier quelque mois avant le concert caritatif. Autre regret : l’oubli du magnifique album Barcelona crée en collaboration avec la chanteuse d’opéra Montserrat Caballé (1987), idole du chanteur.

Avis de la rédac’ : 8/10

« J’ai beaucoup apprécié Bohemian Rhapsody, mais en tant que film et non biopic. Les acteurs sont excellents dans leur rôle, les différentes scènes sont très bien réalisées mais je trouve qu’il est fait pour plaire et non pour montrer la réalité sur le groupe Queen et son leader Freddie Mercury. J’ai également un grand regret sur le choix des musiques qui ne sont que les oeuvres déjà célèbres du groupe et qui ne font rien découvrir de nouveau sur la diversité musicale du « plus grand groupe britannique de tous les temps. »  Juliette Hurel

« C’est avec un grand talent et une apparente sincérité que Bryan Singer a réussi à rendre hommage sur le grand écran à Freddie Mercury, son ami de toujours. Bohemian Rhapsody est émouvant à souhait et la performance de Rami Malek est plus qu’impressionnante. On a l’impression de retrouver Freddie en vie, prêt à nous faire rocker. Ce film est une belle occasion de rappeler aux fans pourquoi ils aiment tant Queen et à ceux qui ne connaissaient pas de découvrir l’histoire d’un groupe mythique.  » Mathilde Lopinski

« Bohemian Rhapsody permet aux fans inconditionnels de Queen de se plonger à nouveau dans leur histoire et aux nouvelles générations de découvrir le fameux groupe britannique. Mais s’ils s’attendent à aller voir un réel biopic avec des faits exactes, ce n’est pas le bon film pour eux. Néanmoins, d’un point de vue de la réalisation et de la performance des acteurs, c’est un film à ne pas manquer. » Mossane Faye

Juliette Hurel & Audrey Burla