Kalash Criminel nous emmène dans « La fosse aux lions »

Ça y est, il est dehors, le premier album tant attendu du Grand Crimi, « La fosse aux lions » est sorti ce vendredi, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est réussi. L’accueil du public a été très bon, on a vu des punchlines passer sur Twitter avant même d’avoir écouté le projet. Et des punchlines il y en a, le rappeur de Sevran n’y est pas allé de main morte après ses 2 EP en 2016 et 2017.

Un projet complet

En voyant la cover de l’album, j’ai eu peur que Crimi nous fasse faire un tour au cirque et que son album soit une grande blague, mais j’ai ensuite compris le sens biblique de la Fosse aux lions et de Daniel (RT si t’as la rèf) et j’ai compris que le projet serait divin. Et pour cause, les textes de Kalash Criminel sont très référencés et techniques, encore plus dans cet opus, de quoi contrebalancer la crise d’épilepsie due a la pochette. Les thèmes s’entrecroisent et on a le droit à des bouquets de punchlines incroyables entre l’histoire africaine, la famille, la cité ou la politique. Mais qui dit Crimi, dit violence, sauvagerie, et des backs sombres. Je n’ai vraiment pas été déçu et j’ai eu ma dose d’agressivité. « J’remplis une bouteille de Cristalline avec tes larmes, ensuite j’rajoute ton sang pour m’faire un sirop » ou LA meilleure ligne de l’album, violence et raffinement, j’adore.

Une diversification musicale

Au niveau des sonorités, on saluera le travail des beatmakers, au delà des morceaux qui défoulent, on peut mettre en valeur les sons plus radiophoniques, on pense à « Coltan » avec ses guitares ou « Plus loin » où j’aurais bien vu un featuring avec Ninho. Deux instrus signées Boumidjal Double X et Holo Mobb, présents sur 5 sons. A noter la prod de « Vrai » le featuring avec Douma, parTrill Mango et son refrain marqué par le synthé qui rend ce morceau unique.

Pour finir, je dirais que l’artiste s’est diversifié, on a entendu des sons « love », des morceaux autothunés mais aussi du classique, du sauvage. De plus, les featurings sont réussis, Vald et Soolking ont pu tâter les aiguës. C’est un projet qui vaut le détour, le rappeur de Sevran semble plus fort que jamais et on lui souhaite de belles stats pour la Fosse aux lions, histoire d’arriver à « la SACEM de Florent Pagny ».

Publicités
Tag(s) associé(s):