Joseph Joffo: Un miraculé vient de disparaître

Il a échappé aux persécutions nazis en France durant son enfance entre 1941 et 1944, a été un écrivain à succès et s’est éteint ce jeudi 6 décembre 2018 à l’âge de 87. Il s’appelle Joseph Joffo.

Une enfance rocambolesque

Il n’a pas encore 11 ans en 1942 quand un soir son père les réunit, lui et son frère Maurice, dans la chambre au dessus du salon de coiffure familiale . Ils doivent s’enfuir, ils ne peuvent rester à Paris. Les répressions contre les juifs se sont encore durcies, ils doivent quitter la capitale pour la zone libre.

C’est ainsi que, comme raconté dans son livre auto-biographique Un sac de billes avec son frère Maurice de deux ans son aîné, ils partent, début 1942, en direction de la ligne de démarcation et ensuite de la zone libre. Ils vont réussir à la franchir et, pendant près de deux ans et demi, ne vont cesser de fuir les persécutions de la Gestapo et du nazisme en général.

Ils vont passer par Nice, par Golf-Juan, par Rumilly en Haute-Savoie… Ils vont être arrêtés par les allemands mais avec l’aide d’un curé et de l’archevêque de Nice ne seront pas déportés.

A l’été 1944, ils vont revenir à Paris après la libération de la capital: ses 5 autres frères et sœurs auront survécu, sa mère aussi. Il n’y a que son père qui mourra à Auschwitz.

Un best-seller mondial

C’est en 1973 que son livre Un sac de billes  sort en librairie. C’est un immense succès,  traduit dans près de 20 langues et vendu à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde entier. Il fut adapté au cinéma en 1975 par Jacques Doillon et plus récemment en 2017 par Christian Duguay. L’histoire a aussi été racontée en BD par Kris et Vincent Bailly en 2011.

Il écrira encore quelques romans, comme Baby-foot, en 1977, qui est la suite de son succès mondial.

Malheureusement malade depuis quelques années, il est mort à l’hôpital de Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Maritimes) ce jeudi même.