Nausicaà : un voyage sous-marin

NAUSICAA ; Aquarium

Si vous êtes proche de Boulogne pendant un weekend d’hiver. Il pleut, il vente, la plage ressemble à un marécage du fin fond de la jungle, vous vous dites alors que vous allez passer une fin de semaine bien pourrie. Alors oui, il y a les bars de la côte, la possibilité de visiter la ville pour de choper un bon rhume – dans cet ordre – ou encore rester chez vous devant un bon film, au chaud sous la couette. Mais si l’hibernation ne vous tente pas plus que ça et que vous êtes motivé pour une bonne balade : je ne peux que vous conseiller la visite de Nausicaà.

Plus qu’une visite, une expérience

Construit en 1991, le bâtiment avait pour but de restructurer l’espace de l’ancien casino implanté sur la côte de Boulogne-sur-Mer. Durant toute la visite d’environ 3 heures, vous pourrez apercevoir toutes sortes d’espèces incroyables nageant ou dormant dans les nombreux bassins du parc. L’ambiance créée par la vue des différents milieux aquatiques, et la musique sortant des enceintes, est vraiment apaisante. Les innombrables panneaux informatifs sont souvent pertinents et toujours bien construits. Découvrir un nouveau monde n’aura jamais été aussi ludique, agréable et intéressant. Pour veiller à une attraction et un intérêt toujours renouvelés, l’établissement propose souvent de nombreuses attractions et animations diverses. Des spectacles de dressage, nourrir des animaux, les approcher comme jamais auparavant, tout cela vient émerveiller autant les enfants que les adultes.

NAUSICAA ; Aquarium
Le fameux tunnel perçant à travers l’océan artificiel.

D’immenses travaux

Toujours dans cet esprit de renouvellement, des travaux ont été effectués cette année, ajoutant ainsi tout une aile à l’édifice. Un raccord monstrueux qui vous permettra de voir le plus grand aquarium d’Europe sous tous ses angles. Le bassin, fil rouge de la visite, est accompagné d’une multitude d’écrans géants proposant des nages de dauphins et les longues plaintes des baleines, ainsi que la découverte des mondes abyssaux. Pour profiter au maximum de ces animaux et de leurs paysages fabuleux, vous pourrez passer sous l’aquarium grâce à un remarquable tunnel de verre, une baie vitrée de 20 mètres de long sur 5 mètres de large ; ainsi qu’une faille sous-marine de plus de 7 mètres de haut. Les animaux sous-marins ne sont plus devant nous, ils sont  autour de nous. Tout est rassemblé pour nous faire découvrir l’écosystème sous toutes ses coutures.

Mais tout n’est évidemment pas parfait dans le meilleur des mondes. Tout d’abord, ces ajouts modernes de la visite mettent à l’amende certaines des anciennes installations qui prennent un gros coup de vieux. On continu la visite avec un sentiment de vieillot, de discontinuité et de déjà vu. Le deuxième problème est l’importance du nombre de visiteurs. Lors de ma visite, il était très dur d’approcher les aquariums cachés, pour la plupart, par une foule dense. Il fallait attendre qu’elle parte pour se faufiler – bonne chance pour les petits gabarits –. Pareil pour le parking d’entrée, trop petit pour accueillir l’afflux de gens. Mais armé d’un peu de patience – et de bonne humeur – le monde ne sera pas un problème.

L’immense baie vitrée concluant l’ajout des travaux est majestueux.

Finalement, Nausicaà est un parfait moyen pour passer une après midi enrichissante et ludique. Cela vous promet un magnifique voyage dans des installations soignées et intéressantes. Alors OUI, j’aurais évidemment pu poser la question de leurs conditions de vie ainsi que du non sens et de la tristesse de l’existence de ces animaux. Il est vrai que l’on ressent une véritable envie du parc de reproduire les conditions naturelles des animaux : leur environnement et leur comportement. La possibilité 3 fois par jour de pouvoir visiter l’envers du décor témoigne aussi d’une certaine confiance en leur système. Je doute cependant qu’on ait recueilli l’autorisation de ces êtres vivants pour les enfermer dans ces espaces certes soignés, mais artificiels. Une vie contrôlée par l’Homme et destinée à voir passer des humains pas toujours respectueux. Tapant sauvagement contre les vitres, s’agitant dans tous les sens en cherchant la moindre étincelle de vie chez des animaux qui en manquent cruellement.