Les Veuves : hold up moderne

Alors que Gary Ross nous avait offert un braquage féminin avec Ocean’s 8 l’été dernier, c’est maintenant au tour de Steeve McQueen de mettre la main à la pâte. Mais alors, « Les Veuves », ça parle de quoi ?

Les Veuves, c’est l’histoire de quatre femmes qui n’ont rien en commun mais se retrouvent liées entre elles par le biais de leurs maris, morts dans un braquage ayant mal tourné. Menacées par un gang et à court d’argent, elles décident de finir le travail pour payer leurs dettes. Il aborde les thèmes du féminisme ainsi que du racisme, mais aussi celui de la politique et de la corruption qui en découlent.

Le film, adaptation cinématographique de la série Widows, est donc un thriller dont l’atmosphère lourde et sombre est amplifiée par le filtre légèrement bleu de la caméra et ses grands espaces froids. Il nous offre quelques plans très bien construits dont certains plus surprenants que d’autres. L’esthétique du film est soignée et le jeu des acteur.ice.s est impeccable. widows-steve-mcqueen-lff

Tous les bons ingrédients sont présents…

Le film, réalisé par celui qui nous avait offert 12 Years a Slave en 2012, s’annonçait en effet très prometteur, car Steeve McQueen avait à ses côtés Gillian Flynn (Gone Girl) pour son scénario. On retrouve aussi du très beau monde en tête d’affiche : Viola Davis, dont on ne doute plus du talent depuis How to Get Away With Murder, Elizabeth Debicki, ayant donné la réplique à Leonardo DiCaprio dans Gatsby le Magnifique, Cynthia Erivo, découverte récemment dans Sale Temps à l’Hôtel El Royale ou encore Michelle Rodriguez, présente dans plusieurs opus des nombreux Fast & Furious. Côté casting masculin, on a aussi pu apercevoir Daniel Kaluuya, découvert notamment dans Get Out et apprécié dans Black Panthers, mais aussi Liam Neeson qu’on a vu et revu chaque noël dans Love Actually (ou bien dans La Liste de Schindler, pour les plus érudits d’entre nous). Ce casting d’exception nous promettait donc l’une des meilleure séances de l’année.

… mais le résultat est moyen.

Malgré une scène d’ouverture aussi surprenante que rythmée, le reste de l’histoire est en réalité assez lent et le braquage, tout comme sa mise en oeuvre, se laisse désirer assez longuement. De même, quelques scènes semblent assez superflues et sont inutiles au scénario, leur retrait aurait sûrement été bénéfique au dynamisme du film. On peut néanmoins lui accorder un point : le portrait des héroïnes est convainquant. Du temps est accordé au développement de chaque personnage et chacun trouve la fin qui lui convient. Cependant, même ici, on peut relever un léger soucis : on travaille plus sur nos quatre protagonistes séparément qu’on ne le fait en tant que groupe. Le but n’est-il pourtant pas de faire un coup ensemble ? En ce qui concerne le dénouement final, il est facilement devinable lorsque l’on a vu Gone Girl ou bien que l’on est habitué à ce genre de thriller, ce qui est un peu dommage. viudas-critica-655

En bref, Les Veuves est divertissant sans plus, la sensation qu’il laisse est assez similaire à celle ressentie quand on achète un pain au chocolat pour découvrir au final que ce n’est qu’un vulgaire pain aux raisins : c’est un peu décevant. On s’attendait à mieux pour un film de McQueen au vu du niveau de ses œuvres précédentes, mais le film se laisse regarder. Finalement l’avis est assez partagé, car le film a ses bons et mauvais points, mais une chose est sûre : Les Veuves ne sera sûrement pas le film de l’année.

Léa Lemaire