Gustav Klimt renaît à l’Atelier des Lumières

C’est probablement l’une des expositions les plus prisées de l’année 2018. Depuis le 13 avril 2018, Gustav Klimt, célèbre peintre autrichien, pionnier du mouvement Art Nouveau, est mis à l’honneur dans une exposition organisée à l’Atelier des Lumières à Paris. Le succès est tel que l’événement joue les prolongations jusque début janvier.

Un centenaire rondement célébré

100 ans après l’anniversaire de sa mort, l’Atelier des Lumières a décidé de rendre un joli hommage à Gustav Klimt. Ce lieu unique situé dans le 11ème arrondissement parisien, est le premier Centre d’Art Numérique à Paris, installé au sein d’une ancienne fonderie du XIXe siècle entièrement restaurée. C’est à cet endroit que sont proposées des expositions numériques immenses, conçues sur-mesure pour le lieu, dans le but d’immerger le visiteur au sein des grandes œuvres picturales d’artistes connus et reconnus.

Ce sont donc les œuvres de Gustav Klimt qui ont inauguré ce nouveau concept, à travers une exposition immersive en six séquences : la Vienne néoclassique, Klimt et la sécession viennoise, Klimt et l’or, Klimt et la nature, Egon Schiele ainsi que Klimt et les femmes. On retrouve de nombreuses œuvres du génie autrichien comme Le Baiser, Forêt de hêtres I ou Serpents aquatiques II, mais aussi des réalisations d’autres artistes, plus ou moins proches du peintre, comme Hans Makart ou Egon Schiele donc.

« La ligne droite est un danger créé par l’homme car elle est étrangère à la nature de l’homme, de la vie, de toute création. » – Friedensreich Hundertwasser.

De plus, un programme court est également proposé, intitulé «Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise», qui permet aussi de s’immerger dans les œuvres du peintre et architecte viennois du 20° siècle. Il déclarait lui-même, « la ligne droite est un danger créé par l’homme car elle est étrangère à la nature de l’homme, de la vie, de toute création », symbole de sa vision artistique.

Un représentation immersive et unique

Cette exposition a été entièrement confectionnée par une équipe talentueuse composée de Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto, Massimiliano Siccardi, Ginevra Napoleoni et Luca Longobardi. Ces derniers ont parfaitement su adapter leur production au lieu, se servant des 3.300 mètres carrés de surface de projection, et des quelques 140 vidéoprojecteurs. Pour Iannuzzi, directeur artistique et coréalisateur de la production, il s’agit d’une « exposition numérique et immersive esthétisante et raffinée à l’image de la Vienne impériale, libre et audacieuse comme l’esprit de la Sécession, éclatante et colorée comme les tableaux de Klimt et Hundertwasser. »

Au-delà du show visuel exceptionnel, la bande-son qui accompagne l’exposition n’est pas moins prestigieuse. Les compositions de Wagner, Chopin ou Beethoven viennent se poser de manière impeccable sur les différentes œuvres en mouvement sur les murs imposants (dix mètres de haut) de l’Atelier des Lumières.

Le succès de cette exposition est tel qu’elle a été prolongée, et ce jusqu’au 6 janvier 2019. Il faudra donc être vif pour pouvoir profiter des dernières représentations, et réserver rapidement son billet d’entrée sur le site de l’Atelier des Lumières.

Publicités