Cinéscope #3 : Un Noël au Pépère News

Nous vous proposons d’entrer dans la DeLorean pour vous replonger dans le passé et vous présenter ces films qui nous évoquent d’innombrables souvenirs et qui ont fait l’actualité de l’époque. Comme l’a dit un philosophe des temps modernes : « Maman disait toujours, la vie c’est comme une boîte de chocolat on sait jamais sur quoi on va tomber… » Et bien, sur quels chefs d’oeuvre du 7ème art êtes-vous tombés cette semaine ? Embarquement immédiat ! Ah non attendez l’intro ne marche pas ! C’est pas un cinéscope comme les autres !

Cinéscope#3 : Un Noël au Pépère News

Nous nous devons de faire ce petit interlude pour vous mettre en garde : La formule du Cinéscope de ce mois-ci n’est point celle dont vous avez l’habitude ! En ces périodes festives, nous nous devions d’agrémenter cette chronique de rubriques surprises… Le Père-Noël avait dans sa hotte un top 10 des meilleurs films de noël, une recette pour faire un bon vieux téléfilm M6 et la critique d’un classique de Noël qui nous tient à cœur : Le Père-Noël est une ordure… Préparez vos pulls moches, vos chocolats chauds et une bonne cheminée. Calez vous dans le fauteuil en ayant au préalable fait des provisions de papillotes et Ferrero rocher, c’est parti pour un marathon cinématique Noëlesque !

Les Recettes du Pépère : Comment concocter un Téléfilm de Noël ?

Comme chaque année, et ce dès la fin du mois d’octobre, toutes les chaines du paysage audiovisuel français s’accordent pour nous offrir des après-midis interminables devant des chefs-d’œuvre du petit-écran : les téléfilms de Noël. Pourquoi des chefs-d’œuvre me direz vous ? L’explication est simple comme bonjour… Ils suivent absolument tous la même recette… Voici donc la recette d’un bon vieux téléfilm de Noël :

Avant de commencer, munissez-vous :

  1. D’une femme d’affaire divorcée, mère d’une petite fille, qui voyage très souvent et qui n’a pas de temps à accorder à Noël.
  2. D’un homme (souvent très séduisant) qui peut être soit bûcheron soit boulanger soit fermier et qui est dans 99,99999 % des cas un ami d’enfance perdu de vue par l’héroïne principale
  3. D’un cadre tel que la ville natale de l’héroïne ou alors… En fait non pas besoin d’une autre idée c’est toujours la ville natale.
  4. D’un vieux monsieur dans la rue qui lâche sans crier garde des citations sur l’amour qui vont ouvrir, à n’en pas douter, les yeux du héros. Un exemple :  » la queue de la perdrix sera moins lourde quand le joueur de clairon offrira une brindille à la cigogne » .
  5. De la fille de l’héroïne qui elle aussi peut à tout moment déclarer des mots vachement mignons. Un exemple : « Oh maman le monsieur et toi vous avez des petites étoiles dans les yeux quand vous vous regardez, tu peux changer ma couche ? ».
  6. D’un élément perturbateur comme l’arrivée de l’ex-mari PDG d’une multinationale et qui veut reconquérir son ex à l’aide de bijoux et d’une Jaguar flambant neuve mais qui se verra dans l’obligation de faire demi-tour quand l’héroïne se rendra compte qu’elle aime son pote d’enfance et qu’un mec riche beau et avec qui l’avenir sera doré ne vaut pas un pauvre petit fermier qui sent le foin et qui porte des Santiags.
  7. D’un doublage plus que douteux étant donné que la plupart de ces films sont produits dans le fin fond d’une vallée autrichienne… Et ouais , comment voulez-vous caser le mot « surprise » sur Überraschung ? Du coup le gars a fini sa phrase quand le doubleur est encore au premier mot !
  8. D’une fin joyeuse dans laquelle la petite fille fini par appeler le mec de sa mère par son prénom. Un exemple « Joyeux Noël Jean-Yves »
  9. D’un soupçon de magie de Noël et d’une horde d’enfants qui vient sonner à la porte de la famille pour chanter (mal) alors que, bon Dieu, on en a rien à cirer, on veut voir le smack de fin !
  10. D’une télécommande parce que 1 c’est bien, 2 c’est trop et y’a le bêtisier de Noël ou il y a des gags qu’on a jamais vu 1000000 fois tous les ans qui va commencer !

TOP 10 DES FILMS DE NOËL :

On vous liste ici les films qui sont, pour nous, incontournablement incontournables en cette période de Noël, on se contentera de les lister, vous les connaissez tous (et si ce n’est pas le cas, honte à vous)

  1. Le Pôle Express (mention spéciale, c’est mon préféré) de Robert Zemeckis
  2. Maman , j’ai raté l’avion de Chris Columbus
  3. L’étrange Noël de Monsieur Jack de Tim Burton
  4. Super Noël de John Pasquin
  5. Love Actually de Richard Curtis
  6. Les Gremlins de Jose Dante
  7. Die Hard : Le piège de Cristal de John McTiernan
  8. Le Journal de Bridget Jones de Sharon Maguire
  9. Santa & Cie de Alain Chabat
  10. Le Père-Noël est une ordure de Jean Marie Poiré (et on vous en fait la critique juste en dessous héhéhéhé)

Le Père-Noël est une ordure : Un classique indémodable à regarder vêtu d’un pull moche…

Pour moi, Noël c’est le costume de Thierry Lhermitte qui fusionne avec le canapé de l’agence SOS Détresse Amitié, le kloug aux marrons et la chanson Destinée de Guy Marchand.

Joué par l’équipe du Splendid au théâtre en 1979, puis ensuite réalisé par Jean-Marie Poiré en 1982, Le Père Noël est une ordure demeure un des symboles de la période de Noël dans le cinéma français. Et quel symbole ! Alors que le Pôle Express souhaite voir renaître la magie de Noël et la croyance des jeunes enfants pour le grand bonhomme rouge, Le Père Noël est une ordure quant à lui est pour les grands enfants la dose de rire annuelle qui décrédibilise un peu ce grand bonhomme rouge.

Infatigable, le film regorge de surprises et de répliques qui sont devenues cultes avec le temps. Ce réveillon est une catastrophe continuelle, allant de l’obsédé du téléphone jusqu’aux cadeaux pour les animaux du zoo de Vincennes. Dans une ironie à peine voilée, l’équipe du Splendid joue sur les clichés et les topoï de la période de Noël avec brio. « Avec qui ? »

Avec le talent pour le tricot de Thérèse, l’assistante sociale trop coincée, la rigidité de Mme Musquin qui détruit les cadeaux de ses neveux en restant bloquée dans l’ascenseur et le magnifique tableau de Pierre représentant sa collègue nue, on a du mal à croire à un réel message derrière toutes ces énormités. Et pourtant Clavier, Jugnot et les autres représentent la société dans son entièreté le soir de Noël, l’hypocrisie des employés de SOS Détresse Amitié à coup de « c’est c’là oui » et de dégustation d’huîtres, le bourgeois de voisin qui ne supporte pas d’être dérangé, le dégoût de la différence qui laisse Katia, le travesti, seul sur le canapé. Le film montre les pauvres,les obsédés, les simples, les « épouses x et veuves y », les fous et violents, les voleurs et les suicidaires, ceux qui « appuient sur le bouton ». Le ressort comique repose sur ces vérités que nous oublions bien trop souvent à Noël.

Alors on se moque gentiment, sans acerbité des « bons » comme des « mauvais », on ne peut faire autrement que de rigoler. Pourtant, encore une fois, les critiques ne furent pas tendres à l’époque de la sortie du film. Ici, la preuve est faite que les années qui passent et la magie de Noël servent bien à restaurer les choses. Si, cette année, vous souhaitez donc vous libérer un peu des coups de foudre sous le sapin et des téléfilms enneigés, le Splendid vous attend, toujours aussi actuel, toujours aussi brillant.

NOUS ESPÉRONS QUE VOUS AUREZ ENVIE DE DÉCOUVRIR OU REDÉCOUVRIR CES FILMS ET NOUS VOUS SOUHAITONS D’AGRÉABLES ET HEUREUSES FÊTES DE FIN D’ANNÉES AU RYTHME DES GRELOTS DU TRAINEAU DE CE BON VIEUX PAPA NOËL…

A bientôt pour un nouvel épisode du Cinéscope by Julie Marty & Antoine Groch

Publicités