Pourquoi il faut sauver l’Humanité…

Dans un contexte où la presse française se voit chaque jour depuis des mois – voire des années – bafouée et insultée – au sens figuré comme au sens propre – une bien triste nouvelle vient de nous parvenir. Le mythique quotidien communiste  « L’Humanité » est à deux doigts de rendre les armes, à cause d’une situation financière devenue ingérable. 

Une histoire unique

Nombre d’entre vous l’auront compris, L’Humanité, c’est bien plus qu’un journal. Fondé par le plus grand Homme de gauche de l’histoire française, Jean Jaurès, le journal paraît pour la première fois le 18 avril 1904, tiré à 130.000 exemplaires. Durant 10 ans, Jaurès réussira à faire de ce journal, à l’origine « socialiste », le porte-drapeau de toute la gauche française. Aujourd’hui, ça fait rêver. De grands hommes d’État commencent à écrire pour le quotidien : Léon Blum, Aristide Briand ou René Viviani prennent régulièrement la plume, faisant de ce journal le défenseur de la classe ouvrière, de la laïcité, mais aussi et surtout du pacifisme et de l’antimilitarisme. Pourtant, tout aurait pu s’effondrer après une décennie d’existence, quand le 31 juillet 1914, le Rémois – je m’en excuse – Raoul Villain assassine Jean Jaurès en plein Paris.

Mais malgré cette tragédie et le déclenchement de la Première Guerre mondiale, « L’Huma » résiste, surtout à la censure et à la propagande étatique imposée. Le journal suit ensuite le Parti Communiste, connaît la gloire lors de la période du Front Populaire – 350.000 exemplaires tirés en 1937 – puis se retrouve à nouveau censuré durant la Seconde Guerre mondiale : cependant trop peu pour inquiéter sa direction. L’Humanité résiste davantage, et est diffusé dans la clandestinité. Lié au PCF jusqu’à la fin du deuxième millénaire, le quotidien subit depuis de plein fouet la crise de la presse, preuve en est aujourd’hui…

Le journal a dernièrement lancé une cagnotte en ligne afin de lever des fonds pour rembourser plusieurs millions d’euros de dette. Au-delà des 115 ans d’histoire qui sont menacés, c’est surtout près de 200 employés qui risquent de perdre leur travail.

Un journal indispensable

Certes, lorsque l’on se reconnaît en partie ou totalement dans les valeurs de la gauche, voir un tel canard s’effondrer devant nos yeux nous provoque au minimum un léger pincement au cœur. Mais, toute subjectivité mise de côté, il faut bel et bien avouer que L’Humanité est indispensable au champ médiatique hexagonal. Dans une époque où la course au buzz et l’information en continu ont détruit le travail long et fastidieux d’enquête, n’éprouvez-vous pas une certaine satisfaction à la suite de la lecture d’un article engagé et passionné publié dans Le Figaro ou Libération ? Je ne vous crois pas assez insensibles pour répondre « non » à cette question. Être de droite ou de gauche n’a plus d’importance pour ce sujet. L’important, c’est que la presse d’opinion survive, mieux encore : qu’elle vive. De Valeurs Actuelles à l’Humanité, chaque média d’opinion apporte sa touche à la pluralité des médias français, que tant de pays nous envient. Alors amoureux de journalisme, passionnés de lecture ou amateurs de bons articles, de tous les pays, unissez-vous, pour qu’un jour vous puissiez dire à vos enfants d’un ton triomphant : « Oui fiston, j’ai sauvé l’Humanité. »

Tag(s) associé(s):