« Zigomatiquement vôtre » : Les Jumeaux au Sébasto’

Quand vous arrivez avec une heure d’avance au théâtre Sébastopol et qu’il y a déjà foule à l’entrée, vous vous dites logiquement que les artistes à l’affiche sont exceptionnels. C’est ce que j’ai pensé samedi soir avant le spectacle des Jumeaux, un duo d’humoristes composé de Steeven et Christopher Demora, natifs de Lille.

Pour la première partie, la somptueuse salle rouge et or accueille un imitateur
belge : Fabian Le Castel. Son talent est remarquable. Après avoir imité des personnalités (Jamel Debouzze et Jean-Claude Van Damme entre autres), il commence un medley sur l’air de « Rockcollection ». Il reprend alors les plus grands chanteurs de variété, de Florent Pagny à Jean-Jacques Goldman, en passant bien sûr par Johnny Hallyday. Il a logiquement mérité un tonnerre d’applaudissements à la fin de son passage.

Après un court entracte, c’est au tour des vedettes nordistes de prendre possession de la scène. Le public, lui, est déjà conquis. Les Jumeaux jouent en effet dans leur ville natale, devant leur famille et leurs amis. La salle est comble, 1300 personnes ont fait le déplacement. Les comédiens arrivent avec un show spécial pour cette soirée à domicile. « Grands Crus Classés » est une compilation de leurs meilleurs sketchs qui résulte en deux heures intensément drôles. Nous aurons le droit à du burlesque, des imitations, de l’improvisation et beaucoup de surprises.

Après un master en science politique pour l’un et un master de droit pour l’autre, Les Jumeaux se lancent dans l’humour. Ils se font connaître grâce à l’émission « On n’demande qu’à en rire » diffusée de 2010 à 2014 sur France 2. Aujourd’hui, c’est Marie-Pascale Osterrieth, une ancienne membre du jury qui les met en scène. Les deux artistes sont reconnus pour leur talent de jeu de personnages.

Vous l’aurez compris avec leur nom de scène, Steeven et Christopher sont nés le même jour. C’est d’ailleurs sur ce thème que débute leur performance. Lors d’une scène hilarante, nous assistons à la formation de leur monozygote.

Crédit photo : Christophe Kwiatkowski

S’en suit la collocation dans le ventre de leur mère. Soudainement, le 30 décembre 1987, l’agréable piscine dans laquelle ils barbotent depuis neuf mois se vide. Nous découvrons alors le monde réel en même temps que les nouveau-nés : des personnages, des rencontres, des lieux, des paysages, du cinéma, de la politique… beaucoup d’humour.

Les deux comiques partent rapidement en plein délire. Différents personnages, dont un mime d’abeille, font instantanément pleurer de rire toute l’assemblée. Les personnalités politiques sont caricaturées. Nous revoyons la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron, elle est largement parodiée par les deux artistes. Les Jumeaux sont aussi réputés pour leur imitation du couple Sarkozy-Bruni. Tout au long du spectacle, ils le mettent en scène en campagne présidentielle. Sauf qu’en 2022, c’est Carla Bruni qui se présente (un peu beaucoup quand même à l’initiative de son mari). Vous ne pouvez pas imaginer jusqu’où les deux comédiens vont pousser leur humour absurde et burlesque.

 

Crédit photo : Christophe Kwiatkowski

Steeven et Christopher présentent ensuite leur région. Pour le plus grand plaisir du public, ils jouent les « autochtones » ch’tis. Avec poésie et dérision, ils décrivent les paysages nordistes au réalisateur américain Christopher Nolan.

Crédit photo : Christophe Kwiatkowski

C’est une transition parfaite pour arriver à la dernière partie du spectacle. Le célébrissime film « Le Roi Lion » est repris dans un fou-rire général.

Crédit photo : Christophe Kwiatkowski

Comme à la fin de tous bons blockbusters, les artistes ont le droit à une standing ovation. La première est quasiment spontanée (si on met de côté la demande mise en scène par les deux frères). Une deuxième totalement naturelle suivra aussitôt et réalisera pleinement le rêve des Jumeaux.

Pour achever en musique cette soirée intensément humoristique, Steeven et Christopher chantent « Monozygote », une chanson écrite et interprétée avec le groupe « Les Mauvaises Langues » et Esther au violon.

Voici le refrain : « … Mono zizi, monozygote, zigomatiquement vôtre… »

Crédit photo : Christophe Kwiatkowski

Les deux prodiges de l’humour prouvent ainsi que leur talent est complet. Ce spectacle est certainement le plus beau que j’aie jamais vu. Tous les registres de l’humour sont explorés avec brio. Les Jumeaux montrent qu’ils comptent parmi les plus grands humoristes du moment. Je vous recommande d’aller les voir dès que vous en aurez l’occasion. Pour résumer leur génie, nous pouvons citer Henry Salvador : « Le rire n’est pas une chose qui s’étudie, on naît avec. D’ailleurs, la plupart des gens qui font rire n’ont pas appris le métier. Ils ont un don et après ils exploitent ce don. »

Thibault Le Besne

Crédits photos : Christophe Kwiatkowski et TintinReporter
https://www.steevenetchristopher.fr/ 
https://www.fabianlecastel.com/
http://www.theatre-sebastopol.fr/programmation
http://lesmauvaiseslangues.net/

Publicités