À nous de jouer !

Les manifestations pour la défense du climat et de la planète se sont multipliées la semaine dernière et ce week-end. Elles sont la preuve de la place croissante (mais pas encore suffisante) que le combat vert se fait dans l’espace public français et mondial.

À moins de vivre en ermite au fond de la Creuse (auquel cas vos points de karma écolo sont bien plus hauts que pour le commun des mortels), il ne vous aura pas échappé que les derniers mois sont ceux qui ont vu exploser les initiatives visant à la protection de notre belle planète bleue. Samedi, « La Marche du siècle » a été un franc succès avec plusieurs centaines de milliers de manifestants à travers l’Hexagone.

Et si l’on doit décrypter l’origine de ce mouvement qui semble aller crescendo, on peut revenir sur deux évènements marquants de fin 2018 : le rapport (qui fait flipper et te donne pas trop envie d’avoir des gosses) du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et les actions de la jeune militante suédoise Greta Thunberg (oui, à 16 ans et en six mois, elle arrive à faire transpirer les bons gros pollueurs planétaires de manière plus efficace que Hulot en plus d’un an au ministère de l’Écologie). Petit cadeau du Pépère News (non, ne nous remerciez pas !), voilà si vous l’avez manquée sa magnifique performance à la COP24 en décembre dernier où elle a réussi à mettre en PLS l’ensemble des chefs d’États présents en moins de 5 minutes…

Conséquences marquantes : une prise de conscience généralisée, des mobilisations de plus en plus fréquentes mais aussi des grèves lycéennes et étudiantes tous les vendredis dans le monde entier à l’initiative de collectifs comme YouthForClimate . Celles-ci ont réuni depuis août dernier des centaines de milliers de jeunes (mention spéciale au Québec avec la bagatelle de 150 000 jeunes mobilisés vendredi dernier dans l’ensemble de la province canadienne). Autre fait marquant,  le lancement à l’initiative de divers ONG de pétitions, comme « L’affaire du Siècle » en France qui a récolté plus de 2 millions de signatures (du jamais vu dans notre pays de gros flemmards…), pour soutenir des actions en justice contre les États pour leur inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Des écoliers et leur institutrice mobilisés – Crédit photo : Chloé Lavoisard

Évidemment, cette prise de conscience et ces revendications ne font pas trop plaisir à nos chers dirigeants et autres réacs traditionnels, véritables experts lorsqu’il s’agit de faire l’autruche mais un peu moins exemplaires lorsqu’on parle glyphosate et montée des eaux. Entre Emmanuel Macron et son « Faut arrêter ces bêtises » lorsqu’on lui demande de réagir à la plainte dont nous parlions, et Charles Consigny « angoissé » par l’action de notre suédoise préférée, autant vous dire que ce n’est pas gagné (et que, accessoirement, la banquise a encore un peu de temps pour fondre).

Mais trêve de pessimisme, on va finir sur une bonne note avec une expression un peu nulle mais qui résume bien la situation : « Le Climat, c’est notre combat ! ». Eh oui les amis, au siècle dernier, ils se sont battus pour un monde libre et en paix. Pour notre génération, ce sera l’écologie. À nous de jouer !

Publicités