Le génie Civil au service du Chant du Loup

Premier long-métrage du réalisateur Antonin Baudry, Le Chant du Loup, thriller haletant et angoissant, est à ne rater sous aucun prétexte.

Le topo

Le Chant du Loup, c’est l’histoire de Chanteraide, un jeune homme que l’on surnomme « l’Oreille d’Or », et qui a décidé de mettre à disposition son don précieux qui consiste à reconnaître chaque son à la Marine nationale. Malgré sa fiabilité réputée, il met en danger ses camarades dans un contexte géopolitique mondial des plus tendus. À travers un parcours semé d’embûches, et au beau milieu d’un monde (et d’océans) où règne la dissuasion nucléaire, Chanteraide et ses camarades se trouvent entraînés dans un engrenage incontrôlable où aucun d’entre nous n’aimerait y mettre le petit doigt de pied.

Un casting doré

À première vue, notamment concernant le casting de ce film, Le Chant du Loup attire l’attention, et donne envie de prendre dans les 24 heures sa place de cinéma. Omar Sy, Mathieu Kasovitz et Reda Kateb réunis – soit 5 Césars pour 3 hommes -, ça donne forcément envie de filer au ciné. Mais on nous a toujours appris que les grands acteurs ne font pas toujours les grands films… Le premier rôle est lui attribué à François Civil, qui s’est fait connaître notamment grâce à des seconds rôles dans Five, ou les séries Hard et Dix pour cent. Peu de personnes imaginaient ce jeune acteur de 29 ans, habitué aux rôles comiques, s’imprégner des traits particuliers que demandent les films dramatiques. Et pourtant ! Pendant deux heures, François Civil est à côté de nous, presque sur nos genoux, lorsqu’on ne le fixe pas droit dans les yeux, et nous donne envie de l’encourager, de le consoler ou de lui mettre des grandes tartes à mesure que l’on ronge nos ongles. Résultat : c’est une grande première réussie pour cet acteur à la tête de gendre idéal, que l’on espère bientôt revoir au premier plan du cinéma français.

Un sujet peu abordé, mais vital

Alors certes, beaucoup ne sont pas fans des histoires de guerres, de conflits etc. Mais il s’agit ici d’un sujet de grande actualité : la dissuasion nucléaire. Ce film agit en quelques sortes parfois comme un documentaire, où l’on apprend de nombreuses choses sur la marine de guerre, mais aussi le fonctionnement militaire. Bien que tout ne soit pas dévoilé – encore heureux -, on en apprend également énormément sur l’état d’esprit des hommes et des femmes qui protègent la France, ce qui laisse à réfléchir, une fois la projection terminée, sur le respect que l’on doit avoir pour tous ces individus. Loin d’être une propagande du militarisme, Le Chant du Loup emmène à une véritable réflexion sur l’utilité de l’armée de nos jours, son rôle, et ses moyens d’action.

Des critiques diverses

Souvent, les critiques cinématographiques sont assez unanimes : soit c’est nul, soit c’est du génie. Pour le premier (gros) bébé d’Antonin Baudry, c’est complètement l’inverse. D’un côté par exemple, L’Obs parle d’une « bouse », d’un « nanard de compétition », tandis que d’autres journaux spécialisés – et sensés – tels que CinéSéries, Télérama ou Première attribuent une note globale de 4/5 au film. Alors oui, c’est vrai, passer la majorité du film compressé dans un sous-marin, ça peut devenir angoissant. Alors oui, c’est vrai, mettre Omar Sy en commandant ou Mathieu Kasovitz en amiral, ça peut nous faire esquisser un sourire synonyme de doute. Mais au final, c’est réussi, non pas de A à Z, mais peut-on en demander plus pour un premier long-métrage ?

Pour ma part, ce sera un joli 17/20 pour Le Chant du Loup. François Civil a, à travers ce film, montré qu’il était capable de jouer toute une palette de rôles différents, tandis qu’Antonin Baudry a réussi avec succès son entrée dans le monde du long-métrage. Un seul conseil alors : foncez voir le Chant du Loup !