Formule 1 : Preview du Grand-Prix de Bahreïn

Ce week-end, le monde de la Formule 1 pose ses bagages dans le golfe Persique au royaume de Bahreïn. Deux semaines après avoir disputé la manche inaugurale australienne du championnat du monde, les pilotes retrouvent le désormais célèbre circuit de Sakhir.

La Formule 1 nous avait manqué. Son retour lors du Grand-Prix d’Australie n’en était que plus délicieux et on peut d’ores et déjà affirmer que la saison a démarré pied au plancher. Qui aurait misé sur une victoire éclatante de Valtteri Bottas ? Car c’est bien lui qui a volé la vedette à son coéquipier Lewis Hamilton (pourtant auteur de la pole position) ou encore à Sebastian Vettel à Melbourne. Le Finlandais, auteur de la « meilleure course de sa carrière » selon ses dires, a frappé un grand coup en s’adjugeant non seulement les 25 points promis au vainqueur mais aussi le point bonus attribué au pilote réalisant le meilleur tour en course (à condition que ce dernier termine dans les 10 premiers). Avec 26 points, Bottas lance idéalement sa saison 2019. Revanchard après un exercice 2018 plus que compliqué, le natif de Nastola n’a d’ailleurs pas hésité à envoyer un message très clair à ses détracteurs à l’issue du GP d’Australie :


« A ceux que cela pourrait concerner, allez vous faire foutre ! »

Cette déclaration pleine de hargne et de rage lancée par Bottas sur la radio de sa monoplace une fois la ligne d’arrivée franchie est venue conclure son remarquable week-end.

Bottas célébrant sa belle victoire au Grand-Prix d’Australie 2019

Côté constructeurs, Mercedes a imposé sa supériorité d’entrée de jeu avec un doublé Bottas – Hamilton sur les plus hautes marches du podium et compte déjà 22 points d’avance sur Ferrari (44 points chez les flèches d’argent contre 22 points du côté du cheval cabré). On retiendra également de Melbourne la très belle performance de Max Verstappen qui s’est classé 3ème. Le partenariat entre Red Bull et Honda semble performant et c’est tout Milton Keynes qui s’en frotte les mains.

Les enjeux à Bahreïn :

  • Ferrari déjà sous pression

Après un épisode australien décevant, Ferrari se trouve immédiatement dans une posture délicate. En effet, la marque italienne est passée à côté de la manche inaugurale du championnat, Vettel et Leclerc ayant terminé respectivement 4ème et 5ème à Melbourne. Outre ces résultats décevants et le retard accusé sur Mercedes au niveau du classement des constructeurs, ce sont surtout les performances des monoplaces de Maranello qui ont inquiété. Si Leclerc s’est vu demander de rester derrière Vettel en fin de course (le Monégasque était plus rapide en piste que son coéquipier), le quadruple champion du monde Allemand n’a pas hésité à faire part de son incompréhension quant au rendement de sa voiture.  « Pourquoi sommes-nous si lents ?! » a lâché Vettel à son équipe technique au beau milieu de la course. Une question restée sans réponse, l’ingénieur de Vettel lui ayant répondu : « On ne sait pas pour le moment ». Toujours est-il que les « rouges » auront à cœur de se reprendre à Sakhir, un circuit qui plaît à Vettel puisqu’il s’y est déjà imposé 4 fois (2012, 2013, 2017 et 2018).

  • Gasly attendu

Pierre Gasly a également connu un week-end très complexe en Australie. Victime d’une mauvaise stratégie en qualifications, le Normand s’est élancé de la 17ème place sur la grille. Incapable de doubler Daniil Kvyat sur un circuit ne favorisant certes pas les dépassements, Gasly a terminé la course 11ème et hors des points. L’aventure Red Bull commence mal pour notre Français mais il doit nourrir de grandes ambitions en voyant le GP de Bahreïn pointer le bout de son nez. Il y avait terminé 4ème à la surprise générale en 2018 et est très à l’aise sur ce circuit. À lui de rééditer sa belle performance de l’an dernier pour enfin lancer sa saison et faire l’unanimité chez la marque au taureau.

  • Bottas, simple éclair ou menace réelle ?

Avec sa victoire à Melbourne, Bottas s’est vu conférer un nouveau statut immédiatement : celui de prétendant au titre mondial. Le Finlandais, fort d’une intersaison passée à travailler son mental et son physique, semble en bonne forme. De là à le voir devenir le 34ème champion du monde de l’histoire de la Formule 1 en fin de saison ? Le « flying Finn » devra répéter le type de performance réalisée en Australie pour renforcer son étiquette de trouble-fête dans la hiérarchie mondiale. Et ceci passera par un GP de Bahreïn réussi, car seuls les pilotes les plus constants peuvent rêver du Graal. En cas de bon résultat sur ce week-end, Bottas renforcerait son statut naissant et aurait de quoi donner quelques sueurs froides à ses adversaires directs.

Le classement avant le Grand-Prix de Bahreïn :

  1. Valtteri Bottas (Mercedes), 26 points
  2. Lewis Hamilton (Mercedes), 18 points
  3. Max Verstappen (Red Bull), 15 points
  4. Sebastian Vettel (Ferrari), 12 points
  5. Charles Leclerc (Ferrari), 10 points

Le circuit :

Le circuit de Sakhir est composé de 15 virages : 9 à droite, 6 à gauche. Les pilotes devront couvrir 57 tours sur ce tracé de 5,4km qui n’est pas spécialement technique et qui met la vitesse à l’honneur. En effet, on y trouve 2 zones de DRS. Les meilleures opportunités de dépassement se trouvent donc aux virages 1 (après la très longue ligne droite des stands qui voit les monoplaces dépasser les 325 km/h) et 11. La course se déroulera de nuit, une habitude depuis l’édition 2014. La préservation des gommes est primordiale sur ce circuit et les pilotes capables de conserver leurs pneus en bon état pourraient bien tirer leur épingle du jeu. Avec ses bosses (jusqu’à 17 mètres d’écart entre le niveau le plus bas et le niveau le plus haut du circuit), ses points de freinage importants en bout de ligne droite (virages 1, 4, 11, 14), le circuit de Sakhir met les pneus à rude épreuve. Ajoutez à cela la température de la piste souvent très élevée, même la nuit, sur ce circuit situé au milieu du désert et vous comprendrez toute la difficulté pour les pilotes de ménager leurs gommes. On se souvient de Sebastian Vettel déclarant : « Ces pneus sont morts ! » à son ingénieur en piste juste après avoir franchi le drapeau à damier en tant que vainqueur en 2018.

L’édition 2018:

  • Pole position : Vettel en 1’27’’958
  • Podium : 1er : Vettel (Ferrari) / 2nd : Bottas (Mercedes) / 3ème : Hamilton (Mercedes)
  • Meilleur tour en course : Bottas en 1’33’’740
Sebastian Vettel a signé sa quatrième victoire à Bahreïn en 2018.

Les pronostics de la rédaction :

Léo : Si Bahreïn est un circuit qui d’un point de vue historique plaît beaucoup à Seb Vettel, je vois mal l’Allemand y rafler la mise cette année. Mercedes a bien caché son jeu lors de la pré-saison et l’écurie de Brackley cherchera à surfer sur son week-end australien magnifique. Au vu de la pointe de vitesse d’Hamilton en qualifications, je vois le Britannique signer la pole. De mon point de vue, Lewis sera aussi en mesure de remporter la course, lui qui a affirmé vouloir travailler ses départs (son seul point faible depuis quelques années). Je vois bien Bottas continuer sur sa belle lancée et terminer 2ème devant Vettel, 3ème.

Thomas : A Melbourne, Mercedes a fait parler sa place de grand patron et je vois mal comment Hamilton peut se faire battre au jeu des qualifications. Pour moi, il signera la pole position. Pour ce qui est de la course, je pense également que Lewis la gagnera à condition qu’il prenne un bon départ. Je vois Vettel terminer 2ème car il est très à l’aise sur ce circuit et y a déjà triomphé 4 fois. J’espère pour le spectacle que la Scuderia aura résolu ses problèmes liés au moteur. Enfin, ce serait beau que Pierre Gasly puisse rééditer sa belle performance de la saison passée et nous gratifier d’un beau podium. Cela pourrait lui permettre de remonter dans l’estime de sa nouvelle écurie après un début de saison compliqué.

Benjamin : Pour ce Grand Prix de Bahreïn, je ne vais pas forcément faire dans l’original mais je sens les Mercedes très fortes après la course de Melbourne. Je vois donc Hamilton prendre la pole. Cependant, pour la victoire, je miserais bien sur Verstappen suivi d’Hamilton et de Leclerc. Ce dernier doit confirmer et faire encore mieux que sa 5ème place en Australie.

Valentin : Comme lors de chaque Grand Prix ces dernières années, on se dit que Mercedes va gagner. Que ce soit Hamilton ou Bottas, on est sûr que les deux répondront présents. En revanche, on se souvient que c’est Vettel qui était venu s’imposer l’an passé à Bahreïn… Mais pour ma part, je vois une Mercedes triompher et plutôt Hamilton. Le résultat qui ferait plaisir ? Gasly sur le podium !

Les horaires :

  • Qualifications : samedi, 16h
  • Course : dimanche, 17h10