La Dame de Paris sous les flammes

A l’heure où Notre-Dame de Paris brûle, l’émotion est énorme. Le Pépère News décide de rendre hommage à ce monument historique, symbole de la France, ainsi qu’aux pompiers qui tentent de la préserver.

A ce passé que l’on ne verra plus.

C’est un passionné d’Histoire qui vous parle. Un passionné qui a le cœur brisé devant un monument du XIIe siècle qui s’enflamme. L’émotion est présente, le monde entier sous le choc.
Les larmes de Stéphane Bern sur France 2 traduisent l’état de mon cœur au moment où j’écris ces lignes.
Je me souviens de mes pas émerveillés dans l’enceinte de Notre-Dame, des pièces de la monnaie de Paris à son effigie et de la foule de touristes venue contempler la majesté de l’édifice et de son intérieur.
C’est aujourd’hui un pays entier qui est partagé entre pleurs et émotions.
Le choc est là, le silence saisissant, les visiteurs abasourdis.

Intérieur de Notre-Dame

 

Les poutres seules du toit étaient l’équivalent d’une forêt entière. La charpente composé de 1 300 chênes n’existe à l’heure actuelle sans doute plus.
La flèche, symbole de ce symbole, haute de 93 mètres et lourde de 500 tonnes de bois et de 250 de plomb s’est écroulée.

Cet incendie, en pleine semaine sainte, bouleverse la communauté chrétienne. Combien de messes et de Te Deum se sont-ils tenus dans l’enceinte de cette cathédrale ? Combien de chrétiens pleurent la lente disparition de ce monument comme celle d’un de leur proche ?
Le Vatican exprime incrédulité et tristesse. Le Saint-Siège a publié un communiqué pour rendre hommage à ce monument, à la chrétienté française et européenne ainsi qu’aux pompiers en action.

Au-delà du symbole religieux qu’elle est, Notre-Dame de Paris est un pilier de l’Histoire de France.
Construite entre 1163 et 1345, cette cathédrale est le monument historique le plus visité d’Europe (13 millions de visiteurs par an).
De François Ier et Charles Quint à l’enterrement de Mitterrand en passant par le sacre de Napoléon en 1804,  les plus grands Hommes de l’Histoire s’y sont rendus.
Menacée par la Révolution et les guerres, la Dame de Paris a survécu, a prouvé sa robustesse au travers des âges.

Notre-Dame lors du sacre de Napoléon le 2 décembre 1804

Je me demande comment cela est possible. Je ne veux pas y croire. Qui y croit ? Qui s’endormira sans émotions et en réalisant ce qu’il vient de se passer ?

Symbole religieux, historique mais également culturel.
Comment ne pas repenser à Victor Hugo et son bossu Quasimodo ? Comment ne pas se remémorer La Esmeralda et les gargouilles qui ornent la façade ?
N’oublions pas que l’art gothique apparaît avec des cathédrales de ce type et à cette époque.
Elle est sans aucun doute la cathédrale la plus aimée des Français, catholiques ou non. Son incroyable charme, symbole de l’île de la Cité, d’une capitale, d’un pays, ne laisse pas indifférent en France et à l’international.

Gargouilles de Notre-Dame

Il est malheureusement impossible de larguer de l’eau, le risque étant trop grand.
Selon l’AFP, les pompiers ne sont pas certains de pouvoir enrayer le feu.
Notre-Dame pourrait tout bonnement disparaître du paysage et de la carte.
Mais pas de notre histoire, de notre culture et surtout de nos cœurs.

A l’image de la cathédrale de Reims, entièrement détruite pendant la Première Guerre mondiale puis reconstruite, Notre-Dame de Paris ne cessera jamais d’être. Un symbole aussi fort ne peut disparaître. On a reconstruit Reims, on reconstruira Notre-Dame.

Belle.
C’est un mot qu’on dirait inventé pour elle.