Preview des NBA Finals 2019

Après une lutte acharnée tout au long des Playoffs, nous y sommes enfin : les finales NBA commencent !

Cette année, nous avons le droit à une affiche inédite. Du côté de l’Ouest, le champion en titre est de retour : les Golden State Warriors. Pour représenter l’Est, il s’agit d’une franchise canadienne : les Toronto Raptors.

Les Warriors sont en quête d’un three-peat, c’est-à-dire gagner le titre trois fois de suite. Ce n’est autre que leur 5ème finale en autant d’années. De l’autre côté de la frontière et pour le plus grand bonheur de Drake, les Raptors disputeront la première finale de leur histoire. Quelles sont les clés de cette série ? Avant cela faisons un petit retour en arrière pour voir comment ces franchises en sont arrivées là.

Toronto, l’outsider permanent

Dans une conférence Est au niveau très élevé, les dinosaures ont réussi à sortir du lot, mais ce ne fut pas de tout repos. Deuxièmes de la conférence, les Canadiens ont hérité d’Orlando au 1er tour. Après un premier match remporté contre toute attente par le Magic, les Raptors n’ont pas fait dans le détail pour finalement remporter la série 4-1.

Pour la demi-finale de conférence, un gros morceau s’est dressé face à eux : les Philadelphie Sixers de Jimmy Butler et Joel Embiid. Cette série fut fabuleuse, et l’on s’est rendus coups pour coups avec de l’intensité, de la défense made in eastern conference et un match sept légendaire. En effet, Kawhi Leonard rentre le panier de la victoire au buzzer sur la tête d’Embiid. C’est tout simplement le premier à réussir un buzzer beater victorieux en match sept d’une série de Playoffs.

12 mai dernier : le tir légendaire de Kawhi Leonard, MVP de finales de 2014, face aux Sixers.

En finale de conférence, les Canadiens trouvent sur leur route les Milwaukee Bucks emmenés par le probable futur MVP de la saison : le grec Giannis Antetokounmpo. Menés 2-0, peu croyaient aux chances des dinosaures. Ces derniers, coachés par Nick Nurse, se sont reposés sur leur atout principal pour revenir à 2-2 : une défense et un collectif sur la même longueur d’onde. Le match 5 crucial pour la suite de la série a été gagné par les Raptors dans le Wisconsin, un énorme retournement de situation. Retour à Toronto et délivrance pour tout le peuple du Nord qui réalise que leur équipe, réputée pour être une équipe de loosers, s’est qualifiée pour sa première finale NBA. 

Il faut mettre en valeur le travail de Masai Ujiri, General Manager des Raptors, qui a tradé DeMar De Rozan (meilleur marqueur de la franchise) contre Kawhi Leonard, et a changé de coach en passant de Dwayne Casey à Nick Nurse. C’est grâce à lui que Toronto en est là : il a su faire des choix qui au départ étaient mal vécus au Canada mais qui ont porté leur fruit.

Les Warriors : l’hégémonie continue ?

Au sein de la conférence Ouest, les Warriors n’ont pas parcouru un si long fleuve tranquille. Bousculé dès le 1er tour par de valeureux Clippers de Los Angeles, Kevin Durant a du montrer qui il était en plantant plus de 30 points par match pour permettre de remporter la série 4-2. Le seul bémol a été la blessure de DeMarcus Cousins au quadriceps.

Au tour suivant, les joueurs de la baie d’Oakland ont retrouvé leurs pires ennemis : les Houston Rockets de James Harden. Les Texans avaient soif de revanche en ayant frôlé les finales l’an passé face à ce même adversaire. Après quatre matchs, les deux équipes n’arrivent pas à se départager. Mais un élément pouvait tout faire basculer : la blessure de Kevin Durant au mollet. Pour autant, cela n’a pas dérangé les Warriors. Ils se sont même sublimés. Les patrons, Stephen Curry, Klay Thompson et Draymond Green ont pris leurs responsabilités et l’on a retrouvé le jeu originel des Californiens, avec beaucoup de mouvements sans ballon, de gros stops défensifs et de l’intensité en transition afin de marquer des paniers faciles.

Les Warriors ont donc remporté les matchs suivants, remportant là aussi la série 4-2. En finale de conférence, ce sont les Portland Trail Blazers de Damian Lillard et CJ McCollum qui ont essayé de barrer la route des joueurs de Steve Kerr, mais l’obstacle était trop dur. Un « sweep » (défaite 4-0) au goût amer pour les joueurs de l’Oregon qui ne pouvaient rien faire contre un Stephen Curry littéralement en feu : plus de 30 points en moyenne par match.

C’est donc une opposition de style à laquelle nous allons assister pour cette finale 2019, mais quels vont être les facteurs X qui pourront faire basculer ces finales NBA ?

Les clés de la série

Côté Toronto Raptors : Kyle Lowry va-t-il résister à la pression d’un tel événement ? Serge Ibaka et Marc Gasol auront un rôle déterminant dans ces séries et devront imposer un jeu dans la raquette, là où les Warriors joueront « small ball« . Kawhi Leonard peut-t-il continuer à être le leader de l’équipe comme face aux Sixers ? Comment les Raptors pourront-ils contrer le mouvement sans ballon des Warriors et contenir les « Splash Brothers » ? Comment Toronto va s’adapter sur pick’n’roll pour éviter de prendre la pluie à trois points ? Nick Nurse sera un personnage central de la série, lui qui est dans sa première saison en tant que coach.

Côté Golden State Warriors : L’expérience des Californiens peut faire la différence sur ces finales avec de l’autre côté une franchise peu expérimentée en Playoffs. L’apport du banc avec en particulier Kevon Looney, Shaun Livingston ou encore Andrew Bogut va être à surveiller. Les possibles retours de Kevin Durant et de DeMarcus Cousins pourraient totalement bouleverser la série. Stephen Curry pourra-t-il enfin faire une finale avec un impact positif constant ? Comment les Warriors pourront stopper la dimension physique, athlétique que les Raptors possèdent dans la raquette ? Andre Iguodala peut-t-il contenir Kawhi Leonard ? Draymond Green doit continuer à avoir autant d’impact en apportant de la défense, du leadership et de l’intensité.

Ce sont les Toronto Raptors qui auront l’avantage du terrain car ils possèdent un meilleur bilan en saison régulière que les Warriors. En saison régulière, les Raptors ont battus les Warriors deux fois pour une défaite. Le décor est donc planté : rendez-vous cette nuit pour le match 1 à Toronto qui sera en direct sur Beinsport à 3h du matin. Beinsport retransmettra la totalité de la série.

Publicités