Damso, bière et techno : c’était le jour 1 du Main Square

Forteresse classée à l’Unesco, trois scènes qui voient défiler des artistes très attendus comme d’autres totalement inconnus, paillettes partout sur le visage à la Coachella et bandana dans les cheveux façon latino-gangsta… Pas de doute, on est au Main Square ! Le Pépère News a réussi (ne nous demandez pas comment) à se glisser entre les tentes de la presse, coin VIP et autres scènes du plus gros festival des Hauts-de-France pour être vos yeux et surtout vos oreilles…
Chaque jour du festival, nous vous proposons le live-report du jour d’avant avec les plus gros concerts, réussites et déceptions. Stay tuned !

Gavin James

Gavin James sur la Main Stage – Élise Dolinard

Chanteur irlandais qui s’adressait au public en français, beaucoup d’interactions. A bien inauguré la Main Stage avec sa folk irlandaise et son humour attachant.
Il nous a même offert une reprise d’Edith Piaf, La vie en rose, en anglais et en français. Comme si le public n’était pas déjà dans sa poche, il entame alors son dernier single, Always, avec la version française, s’il vous plaît.

Caravan Palace

Caravan Palace sur la Main Stage – Élise Dolinard

Comme s’il ne faisait pas déjà assez chaud, la bande Caravan Palace a décidé, comme à son habitude, d’imposer une séance de cardio bien musclée à son public. Leur musique jazzy-electro-pop et j’en passe ne cesse d’étonner par son étrangeté parfaitement maitrisée.
Un feu d’artifice de sons, de mouvements et de good vibes qui vous fait couler l’eau sur la tempe.

Lizzo

Elle est LA révélation US du moment avec son titre Juice, déjà tube de l’été. Fraichement débarquée des États-Unis avec ses danseuses et son maillot de bain jaune fluo, Lizzo a été la grande surprise de cette première journée. Sa voix angélique et ses instrus avec des vibes qui sentent bon les vacances ont formé un cocktail parfait et ont ambiancé la Green Room.

Damso

Très attendu, pantalon jaune pétant, le rappeur bruxellois a pris directement ses marques sur la Main Stage en démarrant son concert par le son Autotune. Accompagné de basses très puissantes, Damso et son flow posé forment un mix parfait qui a séduit le public. Il a notamment joué son dernier flat avec Nekfeu Tricheur et nous a replongé dans son premier album Batterie faible avec le titre culte Débrouillard.
Prestation couronnée de succès donc, mais avec tout de même un petit bémol  : sa compatriote bruxelloise (Linkebeek c’est pas vraiment Bruxelles, mais on va faire genre) Angèle jouait en même temps que lui sur la Green Room…

Cypress Hill

Une des plus grosses têtes d’affiche de cette édition 2019. Les rappeurs californiens n’ont déçu personne. Leurs sons old school tout droit sortis des 90’s et les basses de folie ont fait mal, très mal à la pelouse de la Green Room.
Leur show parfaitement maîtrisé et orchestré peut manquer de spontanéité, mais cela n’enlève rien au mérite du groupe de LA, qui n’a toujours pas perdu la main. La preuve avec la battle mémorable entre DJ Muggs aux platines et Eric Bobo à la batterie.

Charlotte de Witte

Programmée à 01h10 pour clôturer cette première journée de festival, la gantoise Charlotte de Witte a RE-TOUR-NÉ le cerveau des derniers courageux de la Green Room. Fidèle à sa renversante techno indus, elle a fait trembler le sol d’Arras. Les drops électriques accompagnés de kicks intenses ont fait exploser les décibels. Elle a réussi à rassembler un public ouvert et habitué qui a arraché les derniers brins d’herbe qui ornaient le sol de la Green Room.

C’est fini pour le premier jour ! De grosses surprises, certaines excellentes comme les airs doux et mélancoliques de Dimanche sur le Bastion, ou encore d’autres moins bonnes… On pense évidemment au flop monumental de DJ Snake. À demain les loulous !

Elise Dolinard, Baptiste Poil et Matthias Colboc

Publicités